NOUVEAU CENTRE DE MAINTENANCE SNAM RETE GAS VIA BORZOLI - GÊNES

Client: Snam Rete Gas S.p.a

Données principales:
Superficie du lot: 6.520 m²
Surface espaces bureaux: 575 m²
Surface espaces production: 596 m²
Superficie globale: 1.171 m²
Volume: 8.056 m³

Chronologie:
Date de commencement du projet: 03/12/2004
Date d’achèvement du projet: 29/09/2006
Date de commencement des travaux: 11/06/2007
Date d’achèvement des travaux: 17/12/2008

Programme:
Le nouveau centre de maintenance des gazoducs de SNAM réseau GAZ se dresse dans le quartier de Borzoli, dans la banlieue productive de Gênes dans une partie d’un tissu urbain dense mais faiblement structuré, où les installations productives et artisanales se confondent avec des friches industrielles ou des espaces sous-utilisés, et où les espaces verts sont totalement absents ou insignifiants. Le terrain, en plaine vers la voie publique à forte circulation, et à pente naturelle dans la partie restante, était constitué, au moment du projet, d'un site de production désaffecté désormais depuis des années, invisible de la ville mais exposé à de possibles débordements de la rivière Fegino à proximité. Ces conditions de départ de contexte urbain et de situation existante, ont fortement orienté les choix formels. L’objectif était de recomposer le site en proposant quelques éléments d'ordre, non seulement physiques mais aussi théoriques, capables de constituer des éléments d'identité dans le panorama d’un quartier dépourvu de points de repère. Dans ce cadre, le choix du positionnement des volumes (un de bureaux et un de dépôts) a conjugué d'un côté la nécessité d'éloigner ces constructions du cours d'eau et, de l'autre, celle de trouver la bonne orientation pour optimiser l'échange énergétique solaire sans trop adhérer à la pente. On a donc choisi de réaliser deux édifices alignés, en deux volumes distincts, dans une position décidément en retrait par rapport à la voie publique, générant ainsi devant un espace exploité comme zone de manœuvre et espace vert planté d’arbres. Ce dernier, caractérisé par un remblais d’environ deux mètres le long de la voie publique, a la triple fonction de zone tampon pour le silence, de barrière de sécurité en cas de débordement du cours d'eau et d’écran visuel. Du point de vue de la composition, la solution a aussi le but de souligner l'importance du volume des bureaux qui émerge comme volume pur, presque suspendu, entièrement revêtu de terre cuite, légèrement en porte-à-faux par rapport au volume secondaire du dépôt revêtu de tôle grecquée. La linéarité formelle de l'ouvrage constitue un symbole d'ordre et est accompagnée d’une grande attention dans la conception au thème de l'environnement et des économies d'énergie, thème qui, en accord avec la maîtrise d'ouvrage, ont été posés comme base et objectif de l'opération.
La demande énergétique de l'édifice en effet a été calculée à 19 kWh/m² par an, valeur obtenue en intervenant sur beaucoup d'aspects, tout d'abord l'enveloppe construite qui, correctement isolée et «surdimensionnée» avec des solutions comme la façade ventilée et des fermetures hautement performantes, a permis de limiter l'incidence des installations techniques et donc des émissions dans l'atmosphère.
Ce choix a été accompagné d'autres choix tout aussi décisifs, tous destinés à respecter l'objectif de l’efficience énergétique maximale et du respect de l'environnement, comme l'installation de panneaux photovoltaïques à même de produire 19,2 kW, et donc une bonne partie des besoins du centre. On pense que l'optimisation énergétique et le respect de l'environnement peuvent devenir, dans un lieu dépourvu de caractérisation, des facteurs fondamentaux susceptibles d’inspirer dans les environs l'éthique de l'innovation et de la sauvegarde de l’environnement.